Les navigations

Grenade

Après une courte escale et une “clearance d’entrée” dans la tranquille Tyrrel Bay, sur l’île de Cariacou, nous filons vers la principale et grande île de Grenade.

Nous suivons deux nouveaux bateaux copains : Jubilé (famille française, 3 enfants) et MnMs (famille belge, 3 enfants). Nous longeons la côte au vent (à l’Est) direction Grenville, un grand village au bord d’une baie protégée par un lagon à la passe étroite. Les alizés soufflent fort aujourd’hui et la mer est grosse. Moutik file vent de travers : bien que partis 2 heures avant nous, les deux bateaux sont bientôt en ligne de mire et ne franchiront la passe de Grenville que quelques minutes avant nous.

Nous mouillons en début d’après-midi devant le village : nous y sommes les seuls voiliers. L’endroit est totalement mort : nous sommes dimanche, à part la messe du matin, il ne se passe rien ! En particulier, il faudra attendre demain pour le marché au poisson, le marché aux fruits et légumes, etc.

En attendant, nous trouvons un véhicule qui accepte de nous conduire (moyennant quelques East Caribean Dollars) aux chutes d’eau voisines : Carmel Falls, cachées dans une jungle épaisse.

Le lendemain, lundi, la ville est autrement plus animée : au marché aux poissons j’achète une magnifique tranche de thon (la bête devait mesurer un bon 1m50) et au marché aux fruits et légumes je prends le maximum que mes petits bras peuvent me permettre de transporter (avec ceux de Léonie qui m’accompagne). Je termine par un détour au magasin de téléphonie mobile pour un forfait Internet.

Puis nous repartons pour un saut de puce un peu plus au Sud : Calivigny Harbour. C’est une baie très protégée : on est entouré de mangrove, on se croirait sur un étang d’eau douce.

Ici encore, nous sommes seuls ou presque. Les enfants passent des heures dans l’eau. Ils sont désormais tous autonomes : plus de brassard, plus de bouée, plus de gilets. Trois bateaux, c’est trois paddles, alors ils passent de voilier en voilier, construisent des trimarans, … et le soir : apéro prolongé, pâtes improvisées.

Après deux jours, nous progressons encore plus au Sud : “Clarkes Court Bay”. Là, c’est différent : il y a des dizaines de bateaux. Notamment certains qui ne bougent semble-t-il par souvent. Comme dit Constance sur Pouplier, des “je-pars-demain”, des navigateurs qui sont un jour arrivés là, qui se promettent de repartir, mais qui en fait on pris racine et se sont “tropicalisés”, imbibés de rhum et de tiédeur antillaise.

MnMs fait une halte dans une petite marina voisine : “Le Phare Bleu”. Nous les rejoindrons en annexe pour profiter de la piscine (pour les enfants) et du bar (pour les grands).

Et un peu plus tard “Hog Island”, un mouillage tranquille mais là encore très peuplé, devant une jolie petite plage et un petit bar qui sert des bières et du “Rhum Punch” le soir, pendant que les enfants s’égayent sur le bord de l’eau. Jubilé, qui était déjà là un jour avant nous, a déjà pris ses habitudes : à l’heure de l’apéro, ils débarquent, filent au bar et sorte l’accordéon et le livret de chants de marins. Nous nous joignons à eux et chauffons l’ambiance très anglaise du petit bar.

Nouvelle halte : “Prickly Bay”. Nous nous offrons un déjeuner (délicieux) dans le restaurant de plage du Relais & Chateaux local.

Et le lendemain, nous contournons la pointe Sud-Ouest de Grenade et nous remontons vers la baie de Saint Georges (la capitale). C’est le premier jour de la “Grenada Sailing Week”. Une régate est en cours. Je passe à quelques longueur du premier voilier, puis ils passe une bouée et vire pour suivre la même route que moi. Le vent est soutenu, nous progressons bord à bord pendant une vingtaine de minutes. A bord de Moutik, tout le monde fait la sieste et moi je tire des bords avec un concurrent improvisé.

Puis la baie de Saint Georges approche : nous avons réservé une place à “Port Louis Marina” pour deux jours, le temps de faire quelques courses (demain) et une excursion dans l’île (après-demain).

A nous de profiter de la marina, du restaurant, de la piscine, … J+1 : nous remplissons les cales au supermarché voisin, le plus grand de l’île. J+2 : “Cutty” nous attend sur le parking de la marina avec un minibus où ont déjà pris place les 5 Jubilé et les 5 MnMs : nous partons pour une journée d’excursion

  • chutes d’eau d’Anadale ;
  • d’autres chutes ;
  • la rhumerie River Antoine ;
  • la chocolaterie Grenada Chocolate Factory ;
  • l’ancien aéroport de Grenville et les épaves d’avions cubains ;

Nous entamons alors la (longue) remontée vers le Nord : étape 1, les sculptures sous-marines de Dragon Bay. Un artiste anglais, Janson deCaires Taylor a installé en 2006, sous l’eau, plusieurs sculptures représentant des hommes et des femmes. C’est aujourd’hui un parc marin que l’on peut visiter avec masque et tuba.

Le lendemain matin, nous quittons Grenade pour Cariacou : nous entamons la remontée vers le Nord (puisque, situation politique et difficile remontée contre le vent nous font renoncer à un voyage aux “Roques”)…

[Total : 2    Moyenne : 5/5]

8 commentaires

  • Lemaire

    Bonjour, nous logeons à Deshaies Guadeloupe et nous avons votre magnifique bateau le matin en face de notre terrasse. C’est un plaisir
    Bonne continuation

  • GERARD FITOUSSI

    Inouï : j’ai senti les parfums, la douceur tiède de l’air et vous ai suivi pas à pas … cette ombre derrière vous- c’était moi !

    • Nathalie Clément

      Hello les Moutiks, je suis Nathalie une collègue d’Aurelie, a notre tour d’envisager un grand tour en famille. Au milieu de vos apéros auriez vous quelques instants par e-mail pour un partage d’experience ? Et notamment pour nous donner un petit coup de main sur les assurances : chapka, AVI… merci 🙏 bisous

  • Agathe

    Eric, n’ecoute pas Thibault – que je n’ai pas le plaisir de connaitre – mais il est manifestement jaloux de tes abdos… rien que pour ça je mettrais bien Juju à la voile! Super les photos de la visite de l’ile, on y était! Biz

  • Ktou

    Ouais, abdos, belles photos, plongées, enfants heureux, parisiens enrhumés, c’est très joli tout ça. Mais et vos foies? Tiennent-ils le coup? Non seulement il y a les apéros, mais il y a en outre les visites des distilleries… et des degrés alcooliques renversants.
    Mon coeur de mère s’inquiète… Quand même pas celui de grand-mère, je crois les filles à l’abri, quoique, que vont-elles devenir avec leurs deux parents alcoolisés??
    Mais figurez-vous que vous n’êtes pas seuls à boire, et que nous, hé bé, hier, on s’est vachement imbibés: ah mais!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *