Les navigations

Quand c’est trop… c’est trop !

15/08 – Favone – Solenzara

Nous quittons Favone, après une nuit pénible (rouleuse à souhait).

Nous avons l’ambition d’aller jusqu’à Taverna (un des rares petits ports de la côte Est de la Corse).

 

Le vent monte à 30 kts. La mer commence à blanchir sérieusement. La houle devient grosse.

Nous avançons au près serré (le vent vient presque d’en face). Le pont est rincé à chaque vague.

Le bateau fait des bonds ; comme disent les marins de façon assez juste : “on plante des pieux”.

La vitesse reste élevée… mais à ce rythme, l’équipage va se rebeller.

 

Solenzara pointe à l’horizon. Un appel sur le canal 9 et nous n’irons pas plus loin !

Prendre la place, avec l’assistance du dinghy de la capitainerie, s’avère difficile : on fiche un safran dans une pendille (!) : il y a 25 kts au port !

Tarif : 142 € !!! Mais bon, quand on a été secoué plusieurs heures, on lacherait ça pour être en paix.

 

Le restaurant est excellent et sert encore un déjeuner malgré l’heure tardive : Le Glacier du Port – Excellente cuisine, personnel aux petits soins !

Les petites iront à la plage voisine : les rouleaux ne les effrayent pas du tout.. maintenant qu’elles ont découvert la nage en liberté, rien ne les arrête (c’est là que ça devient dangereux, non ?).

La nuit sera excellente : ça valait (un peu) le tarif.

16/08 – Solenzara – Taverna

Nous poursuivons notre remontée vers le Nord. Objectif Taverna.

La météo tient ces promesses : vent du Nord (on l’a donc en plein dans le nez).

Bref, le même tarif que la veille.

On tente à la voile… ça promet de durer la journée.

On met en route les moteurs : avec les vagues, on fait péniblement 4,5 kts.

Quand le vent le permet, je remets la voile et l’on grimpe difficilement à 5-6 kts, car je tente de faire la route la plus directe possible, près-plus-que-serré.

Les marins sont dans un semi-coma.

Nous avons été prévoyants (et nous n’avons pas eu tort) : en quittant Solenzara, nous avons aussitôt contacté la marina de Taverna pour réserver une place. Il n’y en a pas pour notre gabarit (c’est vraiment un petit port) mais on nous promet le ponton d’accueil ou la station-service).

La place promise nous attend.

Taverna est un petit port perdu ; il n’y a pas de village ; juste deux restaurants (Le Cargo, pas fabuleux, le service est long).

La plage voisine est déserte : c’est l’avantage de la côte Est, les plages sont grandes, bien moins peuplées qu’au Sud ou à l’Ouest… manque de chance, un dégazage récent a déposé des petits amas oranges dont la forte odeurs ne laisse aucun doute.

Par contre, la nuit est réparatrice.

17/08 – Taverna – Elbe

On n’en demandait pas tant !!! Après trois jours de fort vent du Nord, aujourd’hui, plus rien, nada, nothing, niente : plus de vent DU TOUT.

Ce sera donc 6 heures de moteur non-stop.

Il n’y a pas beaucoup de bateaux, sauf le trafic des ferries et cargos.

Déjeuner, sieste d’Aurélie, parties de 1000 bornes, … et en fin de journée LES DAUPHINS !!! La journée se passait plutôt bien, mais là c’est encore mieux. Ce soir, ce sera atelier frises de dauphins.

On mouille dans une petite anse, plutôt occupées (comme d’hab. : on arrive tard, les bonnes place sont prises, mais si le temps se maintient, toutes les places seront bonnes.

Elbe en vue !
Dauphins !
Premier mouillage à Elbe
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *