Les navigations

Statia, l’île-plongée

Il n’y a qu’une ville sur Statia bordée d’un petit port réservé au déchargement des petits cargos de ravitaillement : Oranjestad. Ici nous sommes en territoire hollandais !

L’horizon, est presque comblé… par d’immenses pétroliers : la toute petite Statia héberge un terminal pétrolier qui reçoit et ventile le pétrole pour toutes les Antilles (au Sud en tout cas). C’est le premier employeur de l’île, le second doit être constitué des rares petits hôtels et restaurants, puis l’état (la douane, l’immigration, …).

Le mouillage devant Oranjestad est plutôt rouleur, mais bon, en catamaran ça roule moins qu’en monocoque, donc on va s’en contenter.

On débarque tous les 3 (Moutik, Maracuja, MnMs) pour aller effectuer les traditionnelles formalités (…).

Déception : en nous acquittant de la taxe du Parc Marin, on apprend que l’imagination du percepteur n’a pas ici de limite :

  • une taxe pour jeter l’ancre (c’est fait) ;
  • une taxe pour se promener à pied dans l’île et dans le volcan ;
  • une taxe pour plonger (à payer à chaque plongée).

Pire : ici, il est interdit de plonger hors du cadre d’un club local (il y en a 2 : Scubaqua et Golden Rock). Moi qui avais déjà repéré les bouées marquant les sites de plongée en arrivant le long de l’île !

Ainsi soit-il !

Oui, puisque c’est ainsi et qu’on n’a pas fait tout ce chemin pour rien, on va jouer le jeu (et aussi parce qu’ici, si on triche, on a plus de chance qu’ailleurs de voir débarquer la vedette de la police).

Nous nous rendons donc chez Scubaqua. Le club est tenu par un couple de Suisse arrivés là il y a… 13 ans ! Bonne ambiance ici, des pilotes, des instructeurs, … Le prix : 52 USD/plongée… plus la redevance du Parc Marin (6 USD/plongée). Tout cela diminue un peu après 5 ou 6 plongées… mais pas sûr qu’on en face tellement plus à ce tarif.

Rendez-vous est pris : demain on débarque avec notre matos (ça nous permet d’économiser un peu) et on décidera si on en fait plusieurs. De plus, le club plonge principalement au Nitrox (air enrichi en oxygène, à 32 voire 36% au lieu de 21% = moins de fixation d’azote dans le sang et les muscles = paliers repoussés plus tard = plus facile d’enchaîner les plongées sans palier) : ce sera l’occasion pour moi de passer une qualification ad-hoc.

Finalement, après quelques jours, on aura enchaîné 5 ou 6 plongées. C’est vrai, c’est assez magnifique : la visibilité est surprenante, on voit bien à 50 m à l’horizontale ; les coraux sont splendides, un peu comme à la Réserve Cousteau de Guadeloupe ; la diversité des espèces aussi : hippocampes, requins, murènes vertes, poissons-ange, langoustes, poissons-coffre, … et de belles épaves, très habitées.

On aura tellement plongé qu’on n’aura pas pris le temps de monter au volcan. Les MnMs, qui n’ont fait qu’une plongée d’initiation, l’ont fait d’un coup de jogging (sans acquitter la taxe ;)). Aurélie et les filles ont tout de même fait un petit tour en ville :

L’ambiance de l’île (et de l’unique ville) est sympa. Ici, on n’est un peu plus près de l’Europe. En plus, il y a sur le port un petit bar-restaurant, tenu par… un autrichien… qui prépare d’excellents “Goat Burger”, des burgers à la viande de chèvre sauvage locale : un pur régal, bien relevé, miaammm pour nous qui ne mangeons pas de viande bien souvent !

Et Saba ???

Vous l’avez compris, nous avons peu de rendez-vous. Nos seules contraintes sont donc nos bateaux-copains et notre souhait de naviguer avec eux.

Là, j’étais prêt à laisser filer les bateaux-copains (qui sont pressés : ils doivent commencer sérieusement à remonter pour engager leur transat-retour…) pour quelques plongées de plus.

Sauf qu’à Saint Martin (à quelques heures au Nord), il y a Domi et Mapie, nos amis rencontrés à la Grande Motte, parce qu’ils sont (les heureux) propriétaires d’un immense et magnifique Outremer 5X (59+ pieds, une bête). Ils sont à Saint Martin, mais pas éternellement, car ils filent aux USA d’ici quelques jours, pour rendre visite au fiston qui y fait ses études.

Alors une fois de plus, nous devons lever l’ancre et passer à l’étape suivante.

Nous remontons Statia par l’Ouest, puis prenons une route plein Nord. A quelques miles à l’Ouest il y a Saba. J’y ai longtemps pensé… fantasmé… une île-falaise, avec 2 ou 3 petits villages perchés sur son haut plateau. Là aussi c’est un territoire hollandais. L’île à la réputation de son bon accueil et des maisons bien peintes… mais elle se mérite : l’unique mouillage au pied de l’île est réputé très rouleur, voire peu sûr. C’est avec un sincère pincement au cœur que l’île s’éloigne sur bâbord… une autre fois peut-être ?

Moutik file sur une mer bien formée. Léonie n’aime pas… rempli un petit seau… mais remange aussitôt après (“Bah oui! Je meurs de faim puisque j’ai l’estomac vide !“). Brune ne prend pas de risque et reste à l’horizontal dans le carré.

Sur l’horizon, apparaît d’abord Saint Barthélémy, un peu à l’Est… puis Saint Martin, un peu à l’Ouest. Un peu plus tard, entre les deux, quelques rochers dont l’île Fourchue, une petite île inhabitée, repère de tortues marines (on en voit beaucoup, ça pourrait devenir banal mais on ne s’en lasse pas, comme les dauphins au début de notre voyage), relevant de Saint Barthélémy. Ce sera notre halte pour une nuit, avant de retrouver le territoire français et la civilisation (et le Super U) à Saint Martin.

[Total : 3    Moyenne : 5/5]

5 commentaires

  • Ktou

    Et quand vous pêchez un poisson, on vous le fait payer, ou vous pouvez le manger?
    On va vous envoyer les gilets jaunes, ils verront que la vie n’est pa

  • Ktou

    Et quand vous pêchez un poisson, on vous le fait payer, ou vous pouvez le manger?
    On va vous envoyer les gilets jaunes, ils verront que la vie n’est pas si chère que chez les bataves.
    Mais les fonds ont l’air très beaux, et ça compense bien.

    Combien d’îles dans les Antilles???

  • Gérard Fitoussi

    Rien à ajouter d’intéressant sinon que vous nous gâtez et que je ne me lasse pas de vous lire. Quel pied !!!!

    • Agathe

      Léo, où comment banaliser la gerbiatte!! Bravo petit chat! Toujours sympa mais un peu frustree de n’avoir pas lu le volcan et Saba… ces noms font réver! Biz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *