Les navigations

Minorque

 

En arrivant à Minorque après notre traversée nocturne, nous mouillons dans la magnifique baie d’Algaiarens.

Et là encore, ô bonheur, nous ne sommes que 2 bateaux dans cette baie qui, de l’aveu de nos amis Mapie et Domi sur Pom III, était encore surpeuplée 3 semaines plus tôt. Les falaises de roches ocre plongent dans une eau turquoise. Les arbres d’un vert vif qui parsèment la côte contrastent magnifiquement avec le rouge de la pierre. L’air est chaud (28°C). La mer aussi (27°C). On range les pulls!

Le lendemain matin, à peine levées, les filles réclament d’aller à la plage. En boutade, Eric leur dit de prendre le kayak et d’y aller toutes seules. Brune le prend au mot et embarque Léo dans le kayak…. Moi je fais la mère hyper détendue, qui a totalement confiance dans les aptitudes de ses enfants tout en cochant les cases dans ma tête: absence de vent, check. Absence de vagues, check. Distance to destination: <500m. Port du gilet de sauvetage: check. Absence d’inspecteur de la protection de l’enfance: check.

Conclusion, armée de jumelles et les fesses bien serrées, je suis leur évolution en me disant que toutes les conditions sont réunies pour qu’elles réussissent leur aventure et que dans le pire des cas je peux les rejoindre d’un coup d’annexe en moins d’une minute pour un sauvetage express…

Elles sont arrivées sans encombre sur la plage, ont réussi à tirer le kayak sur la place. Et après une bonne demi-heure de jeux sur la plage, elles ont réussi (après 3 ou 4 tentatives assez comiques) à remonter sur ledit kayak et rentrer jusqu’au bateau. Elles m’ont scotchée… Je desserre les fesses.

Vers midi un homme accompagné de 3 enfants vient cogner à la coque: “Bonjour, nous avons 4 enfants à bord et nous avons vu que vous aviez deux petites filles. Si ça vous tente on part pique-niquer sur la plage. N’hésitez pas à vous joindre à nous.”

Et voilà comment nous découvrons le fameux concept de “bateau-copain” que mentionne tous les blogs de circumnavigateurs. Définitivement notre voyage a enfin commencé!

Les filles passeront 3 heures dans l’eau à jouer avec la fille aînée de ce bateau franco-espagnol et nous passons un moment très sympathique en compagnie de ce couple qui a passé 3 ans en Méditerranée et se pose à Barcelone le temps de remplir la caisse de bord avant de repartir (et de leurs amis).

____________________

On retourne au bateau et on prend la mer direction la profonde baie de Fornells. Nous sommes accueilli par un membre du personnel du port qui nous indique très aimablement où nous avons le droit de mouiller sans abîmer les posidonies qui tapissent le fond de la baie.

Nous profitons de la présence du village de Fornells pour dîner dans un micro-restaurant qui sert de succulents chipirons et un délicieux ceviche de crevettes minorquines, entre autres: Sa Xerxa, juste en face du ponton des annexes, à côté du restaurant Pescador.

Nuit paisible dans cette baie bien abritée.

Au petit matin les filles se plaignent de ne pas pouvoir se baigner dans l’eau, certe un peu trouble, de Fornells. Nous appareillons donc direction Es Grau. Et là, ô joie, nous arrivons dans une baie à l’eau cristalline et aux fonds clairs. Nous mouillons par 2m de fond sur du sable et profitons toute la journée de cette piscine géante.

Et puisque rien ne presse, on va même prolonger de 24h…

Ah le bonheur….

 

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

4 commentaires

  • BONNEFIS

    Salut les amis,

    On est lundi soir. Début de semaine compliqué malgré l’Été qui se prolonge sur Paris. Journée compliquée pour Catherine et moi. Des enfants en pleurs à consoler, des collègues à calmer, des conducteurs mécontents à gérer, des toilettes à déboucher, des collaborateurs ingrats à baffer. On arrive épuisés à la maison, le moral dans les chaussettes. Et là, on reçoit un message de Moutik en provenance des Baléares, la mer bleu azur, les filles qui partent toutes seules sur la plage, le pique nique avec des voisins de bateaux. C’est trop dur à voir et à entendre pour des petits parisiens comme nous en mal d’eau turquoise et de ciel bleu mais tellement heureux pour vous. Continuez à nous faire rêver. On en a tellement besoin pour se remonter le moral.
    Bises à vous 4.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *