La technique

Première frayeur

30/07 – Navigation entre la baie de Girolata et Porto – Temps de “jeune fille”, bon vent, bonne allure…

[elle] Eriiiiiiiiic !!!! Y’a une alarme qui soooonne !?

[lui] Regarde sous les planchers !

[elle] Y’a de l’eau partout, presque jusqu’aux planchers, à babord…

Et oui, première alerte sérieuse : une voie d’eau, une vraie.

Je me jette dans le couloir bâbord, je soulève tous les planchers.

Effectivement, il y a de l’eau partout.

Je goûte : c’est clairement l’eau [trop] douce du dessalinisateur.

J’écoute : difficile à dire, on navigue, donc des bruits d’eau, à l’extérieur de la coque, il y en a plein ; mais il semble qu’il jaillit de l’eau quelque part.

Je n’y vois rien : j’étais à la barre, mes yeux sont habitués au soleil torride. Je remonte et j’attrape une frontale. J’en profite pour couper la pompe de pression d’eau.

Je replonge la tête sous les planchers : c’est clair, le bruit d’écoulement a cessé.

Bilan : sur les “clarinettes” de distribution d’eau chaude de bâbord, seules 3 robinets sur les 4 sont utilisés (1-entrée d’eau chaude, 2-sortie vers le lavabo, 3-sortie vers la douche, 4-libre). La quatrième dispose d’un “bouchon”. Ce bouchon a sauté sous la pression… car le robinet était ouvert à fond (probablement ouvert par le chantier lors des tests d’étanchéité, mais malheureusement pas refermé).

Au total, la totalité du réservoir d’eau douce s’est vidé à fond de cale (400 litres) et le dessalinisateur tournait… ça aurait pu durer ! En attendant on n’a presque plus d’eau douce.

La pompe d’assèchement de cale fonctionne s’il y a VRAIMENT de l’eau au fond (genre minimum 10 cm partout). Je termine donc à la pompe à main (plutôt efficace), puis à la serpillière et au seau (ça pète le dos).

Bilan accessoire : le réservoir étant presque vide, on va naturellement désamorcer la pompe d’eau douce. Et là on perfectionne la technique de réamorçage (idée d’Aurélie) : une simple demi-bouteille versée dans le tuyau en entrée de la pompe fait l’affaire :

  • desserrer les colliers en entrée de pompe ;
  • dessertir le tuyau et le redresser vers le haut ;
  • verser l’eau minérale (!) ;
  • lorsque ça semble refouler, pousser en soufflant dedans ;
  • quand on a mis 1/2 litre, fermer le robinet d’arrivée (pour bloquer l’eau ainsi injectée) ;
  • re-sertir tuyau et resserrer les coliers ;
  • on/off de la pompe (pour berner la sécurité et forcer le redémarrage) ;
  • …et l’affaire est dans le sac : ça crachote un peu d’air et tout rentre dans l’ordre !

Conclusion : comme d’habitude, il faut :

  1. rester calme ;
  2. analyser la gravité de la situation (pour rester calme, car même 30 cm d’eau, ça ne fait pas couler une barque) ;
  3. localiser rapidement la panne (eau douce ? eau salée ? bruit d’écoulement ? pompe de pression en pleine action ? …) ;
  4. agir pour stopper la cause AVANT d’intervenir pour assécher ou nettoyer.
Le coupable : ce maudit bouchon de clarinette mal sertis qui a décidé de sauter !!!
[Total : 1    Moyenne : 4/5]

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *