Les navigations

Minorque (suite et fin heureuse )

17/09 – Départ d’Es Grau

Avant de quitter la baie d’Es Grau nous partons visiter le parc naturel d’Illa d’en Colom.

Les filles sont ravies de pouvoir courir sur la terre ferme et partent à la recherche des tortues que nous promettent tous les prospectus. Après une heure de balade, point de tortue mais la satisfaction d’avoir pu profiter de la quiétude de cette forêt touffue et cernée par les eaux. Nous terminons la soirée en terrasses d’un restaurant qui donne sur la baie, le Tamarindos. Un régal.

18/09 – Port Mahon

Le lendemain nous partons pour Mahon où nous devons faire la révision des moteurs.

Sur les conseils de nos amis de Pom III, nous mouillons sur le ponton flottant d’Isla del Rey qui a le mérite d’être au calme, facile d’accès et moins cher que le port. Seul bémol, on n’y trouve que de l’eau douce et pas d’électricité. A peine amarrés, nous voyons arriver le bateau des franco-espagnol que nous avions croisé lors de notre arrivée à Minorque. Les filles nous demandent de les rejoindre au plus vite. Leurs voisins de mouillage, un couple de canadiens très sympas, naviguent depuis … 9 ans! Ils sont sur le chemin du retour pour le Canada avant de repartir en direction du Grand Nord… mais le chemin sera long puisqu’ils projettent de passer par Panama, faire un “petit détour” par la Polynésie française avant de remont vers Hawaï puis le Canada… Le temps et les distances prennent un tout autre sens quand on est engagé dans un tel périple.

Retrouvailles sur les pontons flottants d’Isla del Rey

Nous prenons rdv pour le lendemain avec le motoriste local, Nautic Center, et nous partons dîner au centre de la vieille ville, dans le marché aux poissons qui abrite plusieurs vendeurs de tapas.

Le lendemain matin, 8h30 pétantes, les motoristes débarquent. Je cite Eric “boulot vite fait, bien fait, mécaniciens très agréables A recommander”. En revanche, nous découvrons que les pré-filtres dont nous avons besoin ne sont pas très facile à trouver. Le motoriste n’en a pas, nous utiliserons donc notre seule paire de rechange. A noter donc qu’il ne faut pas hésiter à en commander plusieurs de rechange avant de quitter son port d’attache. La note… un peu salée : env. 1000 € pour changer l’huile des deux moteurs, des deux saildrives et changer les filtres à huile et gasoil.

20/09 – Cala en Porter

Le lendemain, direction Cala en Porter. Une jolie baie, un peu gâchée par la présence d’un gros hôtel au fond de la baie et surtout par le nombre de touristes présents même en cette arrière saison. Nous sommes notamment littéralement assaillis par un groupe d’ado qui, après avoir fait plusieurs tour sous le bateau, entre les coques, en hurlant, entreprend de monter sur notre plage arrière pour faire des plongeons………………… pas facile de faire la classe dans ces conditions. Je laisse donc la Directrice d’école qui sommeille en moi (petite pensée pour Mme Guilhen) s’exprimer et sort mettre une correction orale à ces gosses mal-élevés, qui finissent par partir en s’excusant.

Plage prise d’assaut

Nous profitons de notre kayak pour nous éloigner un peu et visiter les grottes que l’on trouve un peu partout sur cette partie de la côte.

De retour au bateau, le maître-nageur qui surveille la plage qui nous demande de nous décaler car le vent a tourné et nous flirtons avec les bouées de la zone de nage…

21/09 – Cala Mitjana

Nous tentons notre chance à Cala Mitjana… la vue est sûrement magnifique de la plage mais vue de la mer les immeubles et bars qui tapissent la baie gâchent le paysage. Et là encore, un flot de touristes… nous continuons notre route.

21/09 – Cala Galdana

A Cala Galdana, c’est le personnel du Parc Marin qui nous demande, très gentiment, de mouiller dans le seul endroit où les posidonies sont mortes. Problème: à chaque descente de l’ancre nous récoltons mon poids (certes léger mais quand même) en posidonie morte et nous ne parvenons pas à accrocher le sol. Nous repartons.

21/09 – Cala Macarella

Nous arrivons finalement à Cala Macarella, une très jolie anse, sans construction et occupés seulement par quelques voiliers. Ce sera notre mouillage pour la nuit.

Cala Macarella

Le lendemain nous empruntons le Camin De Cavalls, un chemin de randonnée qui fait le tour de l’île, pour découvrir la baie suivante qui est également charmante, Cala en Turqueta, mais remplie de touristes. Eric prend son mal en patience pendant que les filles et moi même profitons de cette eau turquoise.

Camin Cavalls
Camin Cavalls
Habitants du Camin Cavalls
Prendre son mal en patience…
Turquoise… et peuplée !

Décidément le Sud de l’île est très beau mais trop touristique à notre goût. Nous n’y passerons donc pas plus de temps que ça et repartons dès le lendemain en direction de Ciutadella, la capitale historique de Minorque.

22/09 – Ciutadella

De jour comme de nuit, cette ville appelle aux déambulations. Etonnants bow-windows issus de la période où les anglais occupaient la ville, couleurs chaudes, petites rues pavées de larges pierres claires, d’une propreté étonnante et surtout une ville qui appartient encore à ses habitants. Dès que l’on sort des principales artères, on tombe sur des personnes âgées en pleine conversation, installées sur des chaises de jardin au milieu de la ruelle, ou sur un groupe d’adolescentes qui chantent en chœur assises devant leurs maisons, écouteurs vissés sur les oreilles. Une ville charmante et non pas une ville musée. A ne pas manquer si vous passez à Minorque.

En revanche, on vous déconseille le port. Il est très petit et vous vous retrouverez mouillé “à cul” face aux terrasses des restaurants qui longent le port, le bruit et les badauds curieux en prime.

23/09 – Majorque nous voilà !

Il y a quelques jours, nous avons appris que des amis seront à Ibiza pour quelques jours dans une semaine. Par ailleurs, un gros coup de vent descendant vers le Sud s’annonce au Nord de Minorque. Nous prenons donc la décision de partir directement vers Majorque et de prendre refuge dans le premier port que nous rencontrerons.

Nous garderons un très bon souvenir de Minorque. Plages de sable fin, eaux turquoises, nature verdoyante et architecture ancienne charmante. Tout y était.

Maintenant, cap au Sud!

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *